POLITIQUE  |     AFRIQUE  |     INTERNATIONAL  |    

CIRGL: face à d'immenses défis pour une paix durable

Par Téclaire Ngo Nyeck - 17/12/2012

C’est le constat fait par le ministre burundais de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique sur les pays de la région des grands lacs.

 

Lors de la cérémonie de clôture d’un colloque international sur "Statebuilding dans la région des Grands lacs: une perspective du sud", à Bujumbura, le ministre burundais de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Julien Nimubona, a estimé que les pays des Grands Lacs font encore face à d'immenses défis pour pouvoir recouvrer une paix durable. Organisé par la chaire UNESCO de l'Université du Burundi, conjointement avec l'ONG belge Groupe de Recherche en Appui aux politiques de Paix (GRAPAX), cette rencontre a réuni pendant trois jours des experts en sciences politiques du Burundi, du Rwanda et de la RDC, tous membres de la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs (CEPGL). Pendant ces assises les différents experts réunis ont eu à tabler sur les problèmes politiques, économiques et sociaux que traversent les pays de leur sous région.

 


© 7sur7.cd
Les pays des Grands Lacs face au défi de paix durable
Selon M. Nimubona, les pays des Grands Lacs sont caractérisés par une démocratie "naissante et balbutiante" au plan politique et une pauvreté frôlant la misère au plan économique, alors qu'au plan social, la détérioration des mœurs et la destruction des repères moraux et la banalisation des crimes abominables autrefois considérés comme des interdits, ont été érigés en quasi-modes de vie sociopolitique. Le ministre Nimubona a saisi l'occasion pour saluer l’approche scientifique privilégiée par les universitaires de cette région longtemps confrontée à des conflits récurrents suite à des causes endogènes et/ou exogènes, en s’interrogeant sur l’efficacité des actions multiformes déjà menées pour consolider la paix dans les pays des Grands Lacs.

Pour lui, c'est cet aspect scientifique d'aborder les conflits sociopolitiques qui éclatent épisodiquement dans les pays de la CEPGL qui a souvent manqué. Pour le ministre Nimubona, le grand espace ayant été occupé par les sentiments, les passions, les préjugés et les calculs politiciens dans les débats sur l'assise de la stabilité dans cette partie africaine, aura pesé de tout son poids dans la fragilisation de la paix dans cette région. En revanche, aux yeux du Pr belge Geoffroy Matagne, Maître de Conférences à l' Université de Liège et chercheur au GRAPAX, l' un des défis pour la reconstruction de la paix dans les Grands Lacs vue, est que suite au facteur de la géopolitique sous-régionale, les facteurs de tensions ou les obstacles au processus de paix ne sont pas seulement nationaux. Pour le Pr Matagne, des dynamiques régionales doivent être mis en œuvre comme l'atteste actuellement la situation qui prévaut à l'Est de la RDC, où le groupe rebelle M23 a occupé toute une série de positions. On voit bien que la solution à cette problématique n'est pas uniquement à Kinshasa, a-t-il souligné, mais qu’elle pourrait se dégager par les canaux des dynamiques transfrontalières.

 

MOTS CLES :  Burundie   Grapax   Unesco 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

3è édition du Festival des solidarités
Tous les événements