POLITIQUE  |     AFRIQUE  |     INTERNATIONAL  |    

Kampala: les négociations entre Kinshasa et le M23 au point mort

Par Téclaire Ngo Nyeck - 20/12/2012

Les pourparlers entre les rebelles et le gouvernement congolais coincent à cause de l’exigence du mouvement du 23 mars de faire signer un cessez-le-feu

 

Dans la capitale ougandaise, les négociations entre le M23 et Kinshasa sont bloquées. La raison, les rebelles exigent de la part du Gouvernement congolais la signature d’un cessez-le-feu. Notre premier objectif est de signer un accord de cessez-le-feu, mais le gouvernement refuse, a déclaré Jean-Marie Runiga, chef politique du Mouvement du 23 Mars. Si on ne signe pas d'abord un accord de cessez-le-feu, il est difficile de continuer les négociations, a-t-il ajouté. Mais le gouvernement de Kinshasa n’est pas prêt à céder au chantage des mutins qui pour lui représente une force négative. De fait, il y a un cessez-le-feu sur le terrain, dit un négociateur du gouvernement de Kinshasa, mais si le M23 veut officialiser cela, il n’a qu’à s’adresser à l’instance qui lui a demandé de se retirer de Goma, autrement dit la Conférence des Grands Lacs.

 


© 7sur7.cd
Les négociations entre le M23 et Kinshasa traînent le pas
Le M23 considère ce refus comme une stratégie du gouvernement visant à faire traîner les négociations afin de renforcer ses forces dans la ville de Goma. Ville, que les rebelles ont occupée pendant douze jours et qu’ils ont quitté à la demande des pays des Grands Lacs. Le M23 pense également que Kinshasa veut la guerre. Pour preuve, un membre de la délégation rebelle a parlé d’un avion de l’armée régulière de la RDC venu il y’a deux jours en investigation au dessus de leurs positions à Rumangabo. Nous avons effectué trois tirs de semonce pour l’éloigner, affirme cette même source. Depuis leur ouverture le 8 décembre dernier, les négociations piétinent. Les deux parties n'ayant toujours pas abordé le fond du problème qui les oppose.

Selon un document élaboré par la médiation ougandaise, le M23 continue de reprocher à Kinshasa de n'avoir jamais tenu ses promesses en termes d'intégration militaire et attribution de rangs. Il l'accuse de ne pas avoir non plus respecté l'intégration politique qui avait aussi été demandée et obtenue sur le papier. Mais les reproches du M23 dépassent la simple application de l'accord du 23 mars 2009. Les mutins accusent notamment le président congolais, Joseph Kabila, d'avoir triché lors de la dernière élection présidentielle de 2011, et de n'avoir jamais tenu son engagement de développer l'est de la RDC. Il n'y a aucun grand magasin, aucun supermarché dans l'est de la RDC, déplorent-ils selon le document ougandais. Pour débloquer la discussion, on compte sur le médiateur ougandais qui recevait hier les chefs d’état-major de la région - RDC, Ouganda, Rwanda. Le chef militaire du M23, le colonel Sultani Makanga, que le M23 appelle désormais « le général Makanga », est lui aussi présent dans la capitale ougandaise.

 

MOTS CLES :  Kampala   Pourparlers   M23   Kinshasa 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

3è édition du Festival des solidarités
Tous les événements