DOSSIERS  |    

Quel rôle au final pour Albert II ?

Par Yvan B./Source: Le Figaro - 07/07/2010

Invité au cinquantenaire de l’indépendance du Congo, le roi de Belgique était quasi-muet

 

Une cérémonie officielle, un petit geste de la main et rien d'autre. L'arrivée du roi de Belgique Albert II et sa femme, Paola, à l'occasion du cinquantenaire de l'indépendance de la République démocratique du Congo a donné le ton. La visite, hautement symbolique, a été d'une extrême discrétion. Une illustration claire que vingt-cinq ans après le dernier séjour royal au Congo, entre Bruxelles et Kinshasa l'histoire, faite de massacres, d'incompréhensions mutuelles et de défiance, ne s'est pas apaisée. L'invitation inattendue lancée début janvier par le président Joseph Kabila au souverain, tout en marquant un net rapprochement, a suffi à rallumer les polémiques. En RDC, on s'était étonné par avance de la présence à la fête de la Liberté du premier des anciens colonisateurs qui se distinguèrent par leur brutalité. En Belgique, des ONG ont protesté contre ce voyage qui cautionne à leurs yeux un pouvoir congolais peu démocratique et une armée plus familière des meurtres de civils que de la défense de la nation. Le gouvernement belge - qui autorise ou non les déplacements du roi - a pourtant fini par donner son blanc-seing. Sous condition. L'armée belge ne participera pas au défilé militaire. Albert II, tout chef des armées et général qu'il est, y assistera en civil. Mais, surtout, devant ses anciens sujets, le roi devra rester muet. Aucun discours n'est prévu. Ce silence forcé vise d'abord à ne pas faire dérailler une nouvelle fois une relation délicate et à ne pas remuer un passé toujours douloureux. Cet événement, c'est avant tout les Congolais qui fêtent leur indépendance, commente-t-on, bien prudemment, à Bruxelles. La visite du roi doit permettre la reprise d'un dialogue serein, franc et ouvert, ajoute le ministère. Suffira-t-elle à revenir sur cent cinquante ans d'histoire sanglante ?

 


© AFP
Sur l'aéroport militaire de Melsbroek, le roi Albert II passe en revue la garde d'honneur avant de s'envoler vers Kinshasa
Dans cet immense territoire, d’abord propriété privée et personnelle du roi Leopold II, puis paradoxalement baptisé État indépendant du Congo où ce dernier ne daigna jamais se rendre, il y régnait une terreur sans nom : familles entières réduites à l'état de servage dans des plantations d'hévéas, exécutions sommaires, mains coupées en guise de châtiments… Le très rentable jardin de Léopold fut un enfer pour ses indigènes. la population a décru de la moitié dans ce Cœur des ténèbres décrit par Joseph Conrad. Sous la pression de l'opinion internationale, Léopold II, immensément riche, finit pourtant par céder son domaine à l'État Belge. Bruxelles n'assouplira le joug royal que pour mieux lancer les Congolais en 1914 dans une guerre absurde avec les colonies allemandes du Rwanda et du Burundi puis dans l'exploitation vorace des richesses minières. Il n'y aura que l'insurrection des Congolais en 1959 pour forcer les Belges à s'en aller. Privé de discours, Albert II n'aura pas non plus à se demander comment gommer les mots de son frère Baudoin Ier. Il y a cinquante ans, le 30 juin 1960, jour de l'indépendance, le souverain d'alors salua à la tribune «le génie de Léopold II». Il reçut une réponse cinglante du nouveau premier ministre, Patrice Lumumba. Le monarque comme nombre de Congolais se sentirent humiliés.

L'assassinat mystérieux de Lumumba cinq ans plus tard fera de cet épisode une légende. La mort du père de l'indépendance ne sera jamais totalement expliquée. Derrière les rivalités tribales, on y voit la main des services belges et de la CIA… En 2002, une commission parlementaire belge a conclu à la responsabilité morale du gouvernement de Bruxelles et a suggéré des excuses. Elles seront faites. Sans rien vraiment changer. Car le passé hante toujours les Congolais. Trois décennies de dictature de Mobutu, deux guerres civiles n'ont fait qu'ajouter au contentieux dans un Congo toujours loin d'être uni. Et c'est peut-être là que se trouve une troisième raison au mutisme royal. Albert II est-il aujourd'hui vraiment en position de parler d'union nationale ?
MOTS CLES :  Cinquantenaire   Indépendance   Albertii 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

3è édition du Festival des solidarités
Tous les événements