DOSSIERS  |    

Administration et politique dans la province du Sud-Kivu II

Par Yvan B. - 05/08/2010

Entretien avec le Directeur Administratif de l’Assemblée Provinciale

 

Pouvez-vous en premier lieu vous présenter ?
Je réponds au nom de Charles Buhendwa, Directeur Administratif de l’Assemblée Provinciale. Au sein de cette Assemblée, l’administration est l’instrument à la disposition des députés pour leur permettre de réaliser leur mission, qui sont au nombre de trois : la mission législative c’est-à-dire voter les lois provinciales (édits), le contrôle du gouvernement et des services étatiques et paraétatiques et la mission de représentation. Nous, l’administration, accompagnons ces trois objectifs.

Comment fonctionnez-vous ?
Nous sommes bien structurés, nous avons un organigramme : le directeur qui coordonne toutes les activités administratives, avec trois collaborateurs, trois chefs de division, celui du grief, celui de la questure et celui du bureau d’études. La division du grief se charge de la coordination de toutes les activités directes des députés, puisqu’au sein de cette division il y a le bureau plénière, qui produit beaucoup de documents (procès-verbaux, comptes-rendus analytiques, tableaux des orateurs…) ; et le bureau des commissions qui est composé d’agents suivants les députés dans les travaux en commission ; le bureau de la communication de presse et le bureau de documentation et archive. Au sein de la questure, on s’occupe de la coordination du bureau des personnels, du bureau des finances, du bureau de l’intendance et le bureau du protocole et des relations publiques. Enfin le bureau d’études est composé d’un groupe d’experts, cinq : le coopérateur du bureau d’études, celui s’occupant des questions juridiques, celui se chargeant des questions socioculturels, un autre pour l’économie et la finance, un expert pour les ressources et l’environnement et il manque un pour la défense et la sécurité.

Comment s’exerce votre pouvoir administratif ? Est-il très étendu ?
L’Assemblée Provinciale est une institution politique, donc nous dépendons d’eux, les politiques, représentés par le bureau permanent. Je voudrais vous signaler une chose, selon la constitution, l’article 157, nous fonctionnons dans un cadre d’autonomie administrative et financière et c’est là qu’on voie le rôle du bureau de l’administration. Ces personnes de l’administration sont nommées et affectés par le bureau permanent. Par rapport à l’ancien temps, le personnel était désigné par le ministère national de l’intérieur. Pour en revenir à maintenant l’administration est donc une instance de propositions, de suggestions. Nous n’avons pas de décisions à prendre, nous soumettons tout au bureau, à lui d’apprécier et de prendre une décision. C’est ce qui nous unit au bureau permanent qui est politique.

 


© journaldekin.com
Charles Buhendwa, Directeur Administratif de l’Assemblée Provinciale
Néanmoins, participez-vous aux séances de l’Assemblée ?
Je participe à deux sortes de séances : celle comme représentant de l’administration et conseiller pendant les séances plénières, je suis pour la bonne application du règlement intérieur et de la Constitution. C’est ma façon d’influencer les débats. Je participe aussi à travers mes collaborateurs, le chef de division du bureau d’études, du grief et lors de conférence de présidents. Je ne joue pas un grand rôle, je m’exprime par le biais d’un petit papier ou je murmure à l’oreille des députés. Par contre je participe indirectement aux commissions ou groupes parlementaires, je me fais représenter par les experts ou les agents.

Votre mandat s’effectue-t-il de la même façon que les politiques, c’est-à-dire cinq ans ?
Nous sommes ce qu’on appelle les gardiens du temple. Nous sommes là pour veiller, sessions ou intersessions, à l’Assemblée Provinciale. Nous ne sommes pas soumis à in mandat, c’est le directeur du bureau permanent qui nous installe et désinstalle et nous nous installons les députés. Ce qui peut nous faire partir est une action disciplinaire, la retraite ou la mort voire la disgrâce.

C’est une mission à vie ?
Il y a une carrière possible, nous sommes administratifs, jusqu’à 60 ans, qui est l’âge de la retraite. J’ai 54 ans, donc encore 6 ans si Dieu le veut. Nous faisons donc une carrière, administrative, consacrée par la loi.
MOTS CLES :  Sud   Kivu   Assemblée   Provinciale 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Docs Afrique(s)
Tous les événements