POLITIQUE  |     AFRIQUE  |     INTERNATIONAL  |    

RDC: à qui profitent les attaques de la secte Bundu dia Kongo?

Par rfi - 09/08/2017

Après les attaques meurtrières de ce lundi 7 août, attribuées aux adeptes de la secte Bundu dia Kongo, pouvoir et opposition s’accusent mutuellement de mener une stratégie du chaos

 

Le bilan officiel fait état d'une dizaine de morts. D'autres sources parlent de plusieurs dizaines. Attribuées aux partisans de Ne Muanda Nsemi, le chef de la secte des Bundu dia Kongo (BDK) ces attaques ont été lancées ce lundi 7 août en plusieurs points de la capitale Kinshasa, ainsi que dans plusieurs lieux de la province du Kongo Central. Une date qui avait été annoncée, depuis des semaines, sous la forme d’un ultimatum lancé par Ne Muanda Nsemi lui-même.

Mais de nombreuses zones d’ombres entourent ces attaques. Des vidéos et des photos montrant les forces de sécurité escortant - sans intervenir - les Bundu dia Kongo, notamment à Boma, jettent notamment le trouble, alors que toute manifestation de l'opposition et de la société civile est réprimée depuis un an.

L'opposition se « pose des questions »

« Je ne veux pas apporter une interprétation abusive, mais je me pose des questions », explique à RFI Pierre Lumbi, président du comité des sages du Rassemblement de l’opposition. Pour lui, ces attaques font surtout l'affaire du pouvoir.

« Je me pose les mêmes questions que tout le monde se pose. Ce n’est pas du tout clair. Cette organisation qui n’a pas de grandes capacités logistiques, ni organisationnelles, ni tactiques, qui fait annoncer d’avance que tel jour nous allons attaquer, et qui, ce jour-là, attaque… »

Pour Pierre Lumbi, il est « vraiment bizarre » de constater que les autorités n’ont « pas pris toutes les précautions pour arrêter ça ». Sans accuser formellement le pouvoir, le leader du Rassemblement souligne que « Ne Muanda Nsemi, il n y a pas très longtemps, était dans le gouvernement de Kabila. Il travaillait avec Kabila ».

 


© Droits reservés
Un chaos qui sert l'opposition, selon la majorité

Accusation retournée par la majorité. André-Alain Atundu, porte-parole de la Majorité présidentielle, juge au contraire que ce chaos sert surtout l'opposition.

« Le projet initial de l’opposition, c’est d’instaurer un régime d’exception à la faveur d’un chaos artificiellement créé pour trouver une légitimation à cette opération », juge le président de la Convention pour la République et la démocratie (CRD). Pour lui, « tout ceci ne participe qu’à leur projet macabre pour le peuple et qui est contre la démocratie ».

Quant à savoir si, selon lui, l’opposition a la main dans les attaques menées lundi, André-Alain Atundu se montre prudent : « Je n’en sais rien. Les services d’enquête de la police, ceux de l’armée, des services de sécurité et de la justice vont nous éclairer. »
Mais « dire que c’est le président Kabila qui a organisé ce chaos, je ne sais pas pour quel intérêt », s’insurge le chef de la Majorité présidentielle, assurant que le président de la RDC « est préoccupé à mener à bonne fin l’accord et le processus électoral ».
MOTS CLES :  Rdc   Attaques   Bundu Dia Kongo   Pouvoir   Opposition 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Bruxelles : grande rencontre d'artistes-peintres africains
Tous les événements